Zac des Hauts de Ste-Marthe

Un projet réalisé en collaboration avec l’ensemble des habitants et des riverains du quartier.
Conscient de l’intérêt des citoyens dans la vie de leur quartier, la Soléam a mis en place une médiation de proximité destinée à favoriser les échanges avec le grand public durant toute l’élaboration du projet de renouvellement urbain.

Le projet de la ZAC des Hauts de Sainte-Marthe se développe sur un périmètre de 150 hectares allant du Canal de Marseille au boulevard Anatole de la Forge, entre les quartiers du Merlan et de Bessons Giraudy, sur un territoire encore faiblement urbanisé et d’une grande qualité patrimoniale et paysagère.
Logements neufs à créer : environ 3000
Dont logement social 25% et Logement à Prix Maîtrisé 25%
Bureaux et activités : 21 000m2 de surface de plancher
Equipements publics : 3 groupes scolaires primaires et maternelle
Commerces et services de proximité : 7 000 m2 de surface de plancher
Après plusieurs années d’études préalables et opérationnelles, d’abord menées par la Ville de Marseille puis confiées à la SOLEAM, les premiers travaux d’aménagement urbain et paysager ont démarré au cours de l’année 2009 pour la viabilisation de la centralité Mirabilis.
Pour la réalisation de la ZAC des Hauts de Sainte-Marthe, une concession d’aménagement a été attribuée à Marseille Aménagement par la ville de Marseille le 2 octobre 2006. A l’issue d’une fusion absorption entre Marseille Aménagement et la SOLEAM, cette concession d’aménagement a été reprise et transférée à la SOLEAM par une délibération du Conseil municipal du 7 octobre 2013.
Pour un coût total de 143 millions d’euros TTC.

Galerie photos

Situation géographique

La ZAC des Hauts de Sainte-Marthe :
un projet réalisé en collaboration avec l’ensemble des habitants et des riverains du quartier. 

Conscient de l’intérêt des citoyens dans la vie de leur quartier, la Soléam a mis en place une médiation de proximité destinée à favoriser les échanges avec le grand public durant toute l’élaboration du projet de renouvellement urbain.

Une approche inédite à l’échelle de la métropole qui témoigne de notre démarche collective et collaborative.

 

Objectif

Dans un contexte général de raréfaction de l’offre de logements et d’accroissement de la pression foncière à l’échelle communale, le projet d’aménagement de la ZAC des Hauts de Sainte-Marthe intervient comme un soutien direct à la politique de l’habitat de la Ville de Marseille et se donne pour ambition de répondre aux objectifs directement fixés par son Plan Local de l’Habitat.

La maîtrise de l’urbanisation, la mise en œuvre d’un projet cohérent et de qualité ainsi que les ambitions de développement d’un quartier respectueux de l’environnement constituent des enjeux forts de ce projet d’aménagement.

Le développement durable se situe en effet au cœur du projet de la ZAC des Hauts de Sainte-Marthe, dont la finalité est de devenir le premier Ecoquartier labélisé de la ville de Marseille

Projet

Le projet de la ZAC des Hauts de Sainte-Marthe se développe sur un périmètre de 150 hectares allant du Canal de Marseille au boulevard Anatole de la Forge, entre les quartiers du Merlan et de Bessons Giraudy, sur un territoire encore faiblement urbanisé et d’une grande qualité patrimoniale et paysagère.

Le développement de ce nouveau quartier à vocation résidentielle s’organise autour de la création de trois pôles de centralité : le cœur de quartier Mirabilis (voir encadré ci-contre), la centralité des Bessons et la centralité Notre-Dame de Santa Cruz. Chacune de ces centralités prévoit d’accueillir, à terme, environ un millier de logements neufs.

Le projet d’aménagement donne également une large place aux équipements publics, en vue de résorber les dysfonctionnements territoriaux existants et de répondre aux nouveaux besoins des habitants. Un groupe scolaire sera notamment réalisé dans chaque cœur de quartier, pour accueillir des enfants de la maternelle au primaire.

Ces trois nouveaux cœurs de quartier seront à terme desservis par le réseau de transports en commun qui permettra de rejoindre la gare de Sainte-Marthe, le centre ville ainsi que les stations de métro La Rose et Saint-Just. La programmation, à terme, de l’arrivée d’une ligne de bus à haut niveau de service ainsi que de trois nouvelles lignes de transport en commun qui se rabattront vers les principaux pôles d’échange, permettra de faciliter les déplacements en transport en commun à l’échelle de l’ensemble du territoire de Sainte-Marthe et du Merlan.

Avec plus de 24 hectares dédiés aux espaces verts, les parcs et jardins occupent une place importante dans ce projet d’aménagement. Des parcs linéaires seront ainsi aménagés dans les fonds de vallons et constitueront l’épine dorsale de la trame verte des Hauts de Sainte-Marthe.

En ce qui concerne les ambitions environnementales de l’Ecoquartier des Hauts de Sainte-Marthe, l’Aménageur s’appuie sur deux outils principaux :

  • la « Charte Qualité Environnementale », approuvée en 2012 et comprenant 8 défis principaux, spécifiquement élaborée dans le cadre de cette opération ;
  • les « Fiches de lots », réalisées par l’urbaniste et l’architecte conseil de la ZAC et qui traduisent pour chaque îlot constructible les prescriptions urbaines et environnementales à respecter.

L’Ecoquartier de la ZAC des Hauts de Sainte Marthe porte un enjeu fort du point de vue du développement social. La mixité sociale sera notamment garantie sur l’ensemble de l’opération et dans chaque cœur de quartier avec l’obligation de réaliser 25% de logements sociaux et 25% de logements à prix maîtrisé.

Véritable symbole de l’ancienne campagne marseillaise, les Hauts de Sainte-Marthe abritent différents bâtiments représentatifs d’un patrimoine bâti remarquable. Ainsi, plusieurs bastides situées sur le territoire des Hauts de Sainte-Marthe font l’objet d’une protection au titre des monuments historiques :

la Bastide de la Roserie, le Domaine de la Tour Sainte et la Bastide Montgolfier, située sur le Domaine de la Tour des Pins. Cette dernière sera notamment valorisée dans le cadre du projet d’aménagement.

Au delà de la topographie très marquée du site, d’autres éléments tels que le réseau existant de traverses historiques participent à l’ambiance paysagère et patrimoniale du lieu et seront préservées et valorisées en tant qu’éléments du patrimoine local. Outre la desserte des riverains, ces traverses seront confortées en tant que support pour les modes de cheminement doux. Ainsi, la préservation et la valorisation du patrimoine végétal, paysager et patrimonial de la ZAC des Hauts de Sainte-Marthe constituent une ambition clairement défendue dans le cadre de cette opération.

Bien qu’il ne s’agisse pas ici de créer une zone d’activité économique, comme dans le cas des quartiers voisins de Château Gombert et Saumaty Séon, l’Ecoquartier des Hauts de Sainte-Marthe souhaite également être créateur d’emplois en développant à terme plus de 28 000m2 de surface de plancher pour de l’activité comprenant bureaux, commerces de proximité, services sociaux, administratifs ou culturels.

Enfin, pour accompagner la mise en œuvre opérationnelle de ce projet d’aménagement durable, la Ville de Marseille s’est engagée dans un dispositif local de médiation. Depuis l’été 2012, un prestataire spécialisé dans ce domaine d’activité accompagne ainsi l’Aménageur dans la mise en œuvre d’une démarche de médiation de proximité.

Programmation

Logements neufs à créer : environ 3000

Dont logement social 25% et Logement à Prix Maîtrisé 25%

Bureaux et activités : 21 000m2 de surface de plancher

Equipements publics : 3 groupes scolaires primaires et maternelle

Commerces et services de proximité : 7 000 m2 de surface de plancher

Travaux

Après plusieurs années d’études préalables et opérationnelles, d’abord menées par la Ville de Marseille puis confiées à la SOLEAM, les premiers travaux d’aménagement urbain et paysager ont démarré au cours de l’année 2009 pour la viabilisation de la centralité Mirabilis. Ils ont donné lieu à la réalisation de :

– L’Avenue Grabriel Audisio,

– La rue Madeleine Valmalète,

– L’élargissement d’une partie du Chemin du Four de Buze,

– Du bassin de rétention paysager Mirabilis

– L’aménagement du parc linéaire du vallon du bois chenu,

 

Dans l’objectif de ménager les contraintes pouvant être subies par les habitants en phase travaux, une « Charte Chantier à Faibles Nuisances », créée spécifiquement dans le cadre de l’Ecoquartier des Hauts de Sainte-Marthe, est imposée à chaque constructeur.

 

Moyens

Pour la réalisation de la ZAC des Hauts de Sainte-Marthe, une concession d’aménagement a été attribuée à Marseille Aménagement par la ville de Marseille le 2 octobre 2006. A l’issue d’une fusion absorption entre Marseille Aménagement et la SOLEAM, cette concession d’aménagement a été reprise et transférée à la SOLEAM par une délibération du Conseil municipal du 7 octobre 2013.

Investissement

143 millions d’euros TTC.

 

Cœur de quartier MIRABILIS :

Le cœur de quartier Mirabilis se développe au pied de la colline du même nom, entre le Boulevard Notre Dame de Santa Cruz à l’Est et le Chemin du four de Buze à l’Ouest. Sa mise en œuvre porte sur la création d’environ un millier de logements neufs, de nouvelles voies d’accès, d’espaces publics de loisir, d’une école primaire et maternelle, d’une crèche ainsi que de commerces et services de proximité.

La création d’un nouveau maillage viaire, constitué par la création de nouvelles voies ayant pour objectif de relier le Chemin des Bessons, le Boulevard Notre-Dame de Santa Cruz et l’Avenue Anatole de la Forge, permettra de rejoindre depuis les Hauts de Sainte Marthe plusieurs points de centralité tels la gare de Sainte-Marthe, son noyau villageois, le centre urbain du Merlan ou encore le quartier de Saint Joseph.

Pour relier ce nouveau quartier aux quartiers existants, améliorer la circulation et assurer la desserte interne des nouveaux îlots d’habitation, le projet prévoit l’aménagement de voies nouvelles. Ainsi, depuis le lancement des travaux en 2009, la rue Madelène Valmalète, l’Avenue Gabriel Audisio et l’amorce de l’Avenue du Parc Montgolfier ont notamment été réalisées. Ces nouveaux aménagements permettent de desservir les 750 premiers logements livrés, principalement réalisés à l’Est de la centralité.

Le parc Mirabilis ainsi qu’une partie du parc linéaire du vallon du Bois Chenu sont également déjà réalisés.

L’Ouest de la centralité Mirabilis constitue le cœur de quartier principal de ce secteur et le lieu où seront regroupés les principaux commerces et services de proximité, l’école Mirabilis ainsi que la crèche. Ce nouveau cœur de quartier s’organisera autour d’un mail piétonnier arboré et sera structuré par des espaces publics qui donneront la priorité aux déplacements piétonniers et modes de transport doux.

Le bureau d’études ARTELIA assure la maîtrise d’œuvre des travaux de viabilisation et d’aménagement urbain et paysager du cœur de quartier Mirabilis. Par ailleurs, la direction régionale des affaires culturelles a donné un avis favorable, le 4 juillet 2014, pour la réalisation de la voie U240, en limite du Domaine Montgolfier, qui permettra d’améliorer considérablement la desserte de ce territoire. La maitrise d’œuvre de cette ouvrage, dont l’impact devra être réduit au minimum afin de préserver le site, a été confié au groupement formé par les bureaux d’études EGIS France, Atelier LD, EGIS EAU et CIA avec l’appui d’un Assistant à Maitrise d’Ouvrage spécialisé sur les questions paysagères et patrimoniales, Atelier Lieux et Paysage.

Découvrez les projets « Aménager »