Logo SOLEAM blanc

Explorer la carte des opérations

Illustration d'une voie cyclable aux abords d'une route à Marseille, favorisant ainsi l'écomobilité (générée par IA)

L’écomobilité pour réduire votre empreinte carbone au quotidien !

Publié le

L’écomobilité, ou mobilité durable, se réfère à l’ensemble des méthodes de transport autres que la voiture individuelle. Ces pratiques ont pour but de diminuer l’impact carbone et de promouvoir des modes de déplacements qui respectent l’environnement et la santé. 

Parmi les moyens de transport écomobiles, on retrouve la marche, le vélo, les transports publics, ainsi que les véhicules électriques. L’objectif de l’écomobilité est de réduire la pollution de l’air, les émissions de dioxyde de carbone, ainsi que les nuisances sonores causées par la circulation routière. Elle participe aussi à l’amélioration de la qualité de l’air, de la santé publique et du bien-être en encourageant des déplacements plus durables et respectueux de l’environnement. 

Mobilité verte : une option durable pour les déplacements de demain

La mobilité verte est une démarche qui favorise l’utilisation de moyens de transport écologiques et respectueux de l’environnement. Elle s’intègre dans une stratégie globale d’urbanisme visant à promouvoir des modes de déplacement pratiques, écologiques et préservant la qualité de vie, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et l’empreinte environnementale des trajets. 

Cette approche regroupe diverses initiatives comme l’écoconduite, les transports publics écologiques, le covoiturage, les vélos en libre-service, les trottinettes électriques, et bien d’autres. Elle représente un défi majeur dans la transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique. 

Les bénéfices de la mobilité verte sont multiples : 

  • Diminution des émissions de gaz à effet de serre et lutte contre le réchauffement climatique ; 
  • Amélioration de la qualité de l’air et du cadre de vie ; 
  • Réduction des dépenses liées au carburant et à l’entretien des véhicules ; 
  • Avantages fiscaux pour les sociétés qui intègrent des véhicules électriques dans leur parc ; 
  • Exemption de certaines taxes
  • Augmentation de l’activité physique, bénéfique pour la santé des usagers. 

La mobilité verte bénéficie d’un soutien gouvernemental via des mesures et incitations financières destinées à pousser les entreprises et les particuliers à adopter des habitudes de déplacement plus écologiques. En optant pour une mobilité plus verte, les citoyens peuvent profiter d’un environnement plus sain, de déplacements plus économiques et respectueux de l’environnement, ainsi que d’une qualité de vie globale améliorée. 

Aménager des pistes cyclables pour favoriser l'écomobilité !

La création de voies cyclables implique la construction d’infrastructures spécialement conçues pour les cyclistes sur les routes. Ces installations peuvent se présenter sous différentes formes, comme des voies vertes, des zones de rencontre. 

La législation française concernant l’organisation et la régulation des transports impose l’intégration de voies cyclables lors de la création ou de la rénovation des voies urbaines. L’objectif des voies cyclables est de fournir aux cyclistes un espace sûr pour circuler, encourageant ainsi l’utilisation du vélo comme moyen de transport courant. Ces installations peuvent comprendre des éléments tels que des intersections sécurisées, une signalisation appropriée, une séparation physique avec les autres modes de transport et une conception adaptée aux besoins des cyclistes pour assurer confort et circulation fluide. 

Les différents types de voies cyclables comprennent la voie sur chaussée, la voie intercalée, la voie cyclable à mi-hauteur entre trottoir et chaussée, la voie cyclable au niveau du trottoir ou encore la voie périurbaine

Des installations particulières peuvent aussi être réalisées, comme les ouvrages d’art en passage supérieur ou inférieur, ou encore les passages inférieurs et les passerelles pour cycles. Pour sélectionner un type de voie cyclable, plusieurs facteurs doivent être considérés, tels que : 

  • La vitesse des véhicules circulant à proximité ; 
  • Les exigences de capacité et de largeur pour satisfaire les besoins des usagers ; 
  • L’adaptation des installations pour accueillir divers types de cyclistes (les enfants, les familles avec remorques, les utilisateurs de vélos cargo, etc.). 

Il est essentiel de concevoir les voies cyclables en tenant compte de tous ces facteurs pour garantir leur efficacité, leur confort et leur attractivité. 

Conception et construction de pistes cyclables : avantages, inconvénients, matériaux et coûts

Les pistes cyclables sont élaborées en considérant divers éléments cruciaux afin de procurer la meilleure expérience possible de déplacement aux cyclistes. En voici quelques-uns : 

  • Profil en travers : les voies cyclables indépendantes sont conçues pour assurer la sécurité des utilisateurs entre les zones résidentielles et les lieux de travail, séparées de la route par une berme (communément appelé accotement) ; 
  • Largeur : la largeur des pistes cyclables dépend du type de circulation (sens unique ou double sens) et est déterminée en fonction du plan choisi ; 
  • Matières premières : le revêtement de sol en béton gagne en popularité en France pour sa robustesse, sa longévité, sa polyvalence et sa facilité en matière d’entretien. D’autres matériaux peuvent aussi être employés, comme le plastique recyclé telle que la PlasticRoad dans certains villages néerlandais, ou encore le revêtement de route innovant Bioklair® à base de liant végétal, en phase d’essai notamment dans la ZAC Vallon Régny pilotée par SOLEAM pour la Métropole Aix-Marseille-Provence. 
 

Les voies cyclables en béton offrent des avantages significatifs en termes de robustesse, de longévité, de polyvalence et d’aspects techniques, esthétiques et économiques. Cependant, leur éventuelle distance des routes principales et la complexité de leur conception peuvent représenter des désavantages à considérer lors de leur implantation. 

Les dépenses liées à la construction de voies cyclables en béton peuvent fluctuer selon plusieurs facteurs, tels que la localisation, la complexité du projet, la largeur de la voie, les matériaux utilisés, etc. 

En Europe, le coût d’une infrastructure cyclable sécurisée peut varier de moins de 50 000 euros à plus de 10 millions d’euros par kilomètre. Il est donc primordial d’évaluer soigneusement tous ces facteurs pour estimer avec précision les dépenses associées à la construction de voies cyclables en béton. 

Cet article concerne l'opération suivante :

Cet article ne concerne pas d'opération en particulier.

Partager cet article

Découvrez d'autres actualités

Carte des opérations

Retrouvez toutes les opérations menées ou en cours.